425bcf0dc751e5dc4f9e70bc6040324656c6eb8b
D902aac58cec03f5806c38dad116ea8e0f08840a
676ec8d28bb3b8192dafeee7dcece76f79be3a44
1ddd7dcb9f1f70b824eb9db6e5e39320a3950e0f
Fermer
théâtre

Les Gros patinent bien

Les Gros patinent bien (2022)
Olivier Martin-Salvan et Grégoire Lagrange, deux comédiens irrésistibles, une histoire à mourir de rire, de l’humour vache à revendre, des gags en cascade font de ce spectacle un vrai carton ! Un cabaret farfelu et une épopée burlesque.

C’est un vrai duo comme on les aime, façon Laurel et Hardy, qui repousse les limites du genre et ne se prend pas au sérieux. Pour le décor, un feu d’artifices de bouts de carton qui représentent ce qui est écrit dessus en feutre noir (une cabane, un palmier, un requin, un pays…) ; pour le propos, l’histoire d’un amerloque qui quitte les plaines du Grand Nord pour l’Espagne, maudit par une sirène pêchée par accident. S'en suit un road trip invraisemblable tantôt en patins ou à trottinette, tantôt à dos de baudet ou en avion cartonné, à la recherche de « l’amour toujours » ! Le plus incroyable est que l’on y croit dur comme fer, bouleversé par leurs aventures rocambolesques, attendri par leurs élans de tendresse, abasourdi par leur méli-mélo d’anglais à la sauce ketchup. Et quand l’un raconte, quasi immobile (Olivier Martin-Salvan), l’autre dégaine sa silhouette maigrissime, juste revêtu d’un maillot de bain noir (Grégoire Lagrange). Au désespoir de l’un répondent les mimiques énergiques de l’autre dans un délire que n’auraient pas renié les Monty Python !

Publié le 04/11/2022


Mots clés :