774ebf9e4981a2ca4b8e3346485d1175fbd71654
34cd9250c52f5766b97a2af0db6b8957f499c64b
Fermer
théâtre

Rosa Bonheur, un messie sauvage

Rosa Bonheur, un messie sauvage (2022)
Peintre animalière célébrée de son vivant sur les deux rives de l'Atlantique, humaniste fervente. Telle fut Rosa Bonheur. Thierry Atlan dresse un portrait sensible de cette artiste hors normes en donnant voix aux femmes de sa vie.

Elles sont quatre femmes qui témoignent de leur vie partagée avec Rosa Bonheur entre 1846 et 1921. Au cœur du Second Empire et de la IIIè république, dans un siècle d’homme, chacune de ces mères ou amantes, à sa manière, a été libre de toutes les certitudes du moment. Il m’a semblé important d’écouter ces femmes. Elles soutinrent, accompagnèrent et protégèrent Rosa Bonheur chaque instant de sa vie. Nathalie Micas, Henriette sa mère, Anna ou Dorothea Klumke racontent le travail acharné, obsessionnel de l’artiste. Elles racontent l’excès, la démesure, la tendresse, malice, cruauté, délicatesse, colère et générosité. Ces femmes ont filé leur destinée. Elles l’ont rendue exceptionnelle et insolente. Devant nous, elles revivent des moments passés avec Rosa et retrouvent ou retraversent des émotions, des impressions, des sentiments. Leurs témoignages parfois se répondent nous permettant d’apercevoir la géniale petite femme dont personne ne voulut croire que "Le marché aux chevaux", son oeuvre maîtresse, était celle d’une femme. Des caméras encerclent les comédiennes. Au gré de l’interprétation, elles nous restituent grâce à la "surdimension" du gros plan, une hésitation, un regard humide, une gaieté d’esprit, un oubli volontaire, des moments où l’émotion les submerge, où le retrait intérieur ou le passé parlent davantage que les mots.

Publié le 10/10/2022


Mots clés :