9380a01945a23f0b76b6ead789c62f8a87180c25
444987962794f2bc88b96b7eff471c63c198e302
962ef21bee0283283537a7ddf5fb22a09fb64937
86dd3f272dfbe371a4d01b8fa857a43d9cbe3c11
Fermer
théâtre

L’Avare

L’Avare  (2024)
C’est l’une des pièces de Molière les plus féroces sur le conflit de générations, qui se double d’un conflit de classes. Benoît Lambert se donne le plaisir de l’autrefois, dans un ailleurs fait de rire et de cruauté.

 

L’Avare raconte l’histoire d’un double supplice. D’un côté, celui d’Élise et de Cléante, qui ne peuvent concrétiser leur amour (avec respectivement Valère et Mariane) à cause des velléités de leur père Harpagon. De l’autre, celui du même Harpagon, devenu esclave de son avarice et de son amour pour l’argent.

 

Emmanuel Vérité incarne un Harpagon entre tragique et grotesque, maître cruel ou victime naïve de toutes sortes de complots. Ses tiraillements font face à la vitalité d’une jeunesse qui rêve d’amour et de liberté ; jeunesse portée par des comédiens et comédiennes diplômé·e·s de l’École de la Comédie de Saint-Étienne et de l’École supérieure d’art dramatique de Paris.

Sur le plateau semblable à un bateau sans voile où se mêlent cordages, poulies et coffres, sont visibles de nombreux mâts… À moins que ce ne soit des potences. Dans la continuité de ses précédents spectacles Les Fourberies de Scapin, Le Misanthrope et Tartuffe, le metteur en scène Benoît Lambert réaffirme son amour indéfectible pour la langue profondément vivante de Molière, formidable appel au jeu.

Grâce à une interprétation d’une précision remarquable, dans un équilibre entre drame et comédie, on se surprend à redécouvrir ce que l’on pensait connaître.

Publié le 14/02/2024


Mots clés :