774ebf9e4981a2ca4b8e3346485d1175fbd71654
34cd9250c52f5766b97a2af0db6b8957f499c64b
Fermer
théâtre

Tartuffe d'après Tartuffe d'après Tartuffe d'après Molière

Tartuffe d'après Tartuffe d'après Tartuffe d'après Molière (2022)
La mécanique implacable de cette comédie tragique mise à nu. Dans une mise en scène rudimentaire, Guillaume Bailliart réalise la prouesse d’interpréter le texte de Molière intégralement et seul : il présente Tartuffe comme un joueur absolu qui ensorcelle Orgon et le possède ; sa famille tente le tout pour le tout pour déclencher l’exorcisme...

Cette fois c’est à partir du souvenir d’une mise en scène de Gwenaël Morin, avec qui il a collaboré à de nombreuses reprises, qu’il crée une version seul en scène du Tartuffe de Molière. Il joue tous les rôles et devient tour à tour Orgon, Elmire, Damis, Mariane, Cléante et Tartuffe. Une proposition décalée, une aventure folle à travers laquelle l’acteur explore corps et âme la langue de Molière : sa démesure – 1962 alexandrins ! –, ses fulgurances et ce qu’il nomme la dictature formelle du vers qui autorise finalement les plus belles inventions de jeu. Je recherche comme une espèce de transe, une orgie d’alexandrins,comme un plat à feu doux et qui, petit à petit, se met à déborder, explique Guillaume Bailliart.

Nul besoin de décor pour ce Tartuffe d’une nouvelle génération, le nom des personnages est écrit au sol et l’acteur se déplace ici et là en indiquant du doigt les changements de rôles. Par son jeu époustouflant et frénétique, il insuffle à la pièce une nouvelle jeunesse, nous fait entendre avec virtuosité un texte encore très actuel sur l’hypocrisie et la manipulation. Pari réussi !

Publié le 19/10/2022


Mots clés : performance